glass-1376560_1920« Le vrac », c’est cette fameuse partie de votre magasin bio, de votre magasin habituel ou de votre magasin spécialisé en vrac, où vous ne trouvez que des distributeurs manuels, un peu déstabilisants la première fois qu’on se retrouve devant, il faut bien l’avouer…

En fait, ce qu’on appelle « VRAC » peut tout aussi bien correspondre à ces fruits et légumes que vous achetez dans votre magasin habituel, sur un marché, ou chez un primeur ! Hop, dans un petit sac, on pèse, on pose l’étiquette et le tour est joué !

En somme… Dans votre magasin, il s’agira d’un petit sachet en papier à remplir… Avec des fruits et légumes, mais aussi des noix, des mélanges apéritifs, des céréales, des noix/noisettes enrobées de chocolat, des petits gâteaux (cookies, palets etc), du riz, des pâtes, de la semoule, des lentilles… Et pour les magasins les plus fournis en vrac, vous trouverez aussi différentes sortes de farine, sucre, café, bonbons végétariens (si, si!), chocolat spécial gâteaux, entre autres.

N’oublions pas votre pain, par exemple, en supermarché ou à la boulangerie, vous l’achetez déjà en vrac, d’une certaine manière ! Il vous suffit simplement de généraliser la chose et d’apporter votre petit sac à pain en tissu ! Certaines boulangeries en vendent d’ailleurs !

Vous pouvez alors faire de même en arrivant devant votre vendeur de fromage, de viande ou de plats « traiteur » dans votre magasin ! Tendez-lui votre bocal, il fera la tare et vous le remplira de ce que vous souhaitez, comme il l’aurait fait avec un papier puis un emballage plastique !

Pour le vrac, il vous faut :

  1. Une dizaine de sacs en coton (lavables donc), pour vous servir (soit faits main par vos soins, soit disponibles à l’achat sur certains sites internet comme PLIM ou dans votre magasin bio !). Bien sûr, il y a de petits sachets en papier à votre disposition en magasin, mais pour un objectif zéro déchet, est-ce si compliqué de penser à apporter ses petits sacs à la place ? Chez nous, nous gardons les sacs en papier pour la farine uniquement et on les réutilise pour tous les fruits et légumes humides. On se sert de nos sacs en tissu pour tout le reste ! Il suffit de les laver puis de penser à les prendre avant de partir faire ses courses. Il en est de même pour les bocaux car certains magasins acceptent sans problème que l’on se serve directement dans ses propres bocaux, après avoir tarés ces derniers en arrivant dans le magasin.
  2. Des bocaux en verre hermétiques, pour ranger vos provisions dans vos placards ! (Pensez à les laver et à les stériliser avant la première utilisation !) Le zéro déchet passe inévitablement par la suppression de tout ce plastique qui pollue de plus en plus notre planète et nos océans. Vos bocaux en verre seront réutilisables à vie, lavables à volonté, et surtout sans risque pour votre santé car dépourvus des phtalates et bisphénol A cancérigènes et perturbateurs endocriniens que l’on retrouve trop souvent dans le plastique. Ces substances nocives se décomposent notamment au contact de la chaleur, surtout celle du micro-ondes, sur tous les aliments, à leur contact, et nous les ingérons chaque jour !

Alors, FINI le plastique au micro-ondes, car il n’y a rien de pire pour libérer toutes les substances toxiques du plastique directement dans vos aliments ! Chez nous, le micro-ondes est un jour tombé en panne, et on ne l’a jamais remplacé… Et croyez-le ou non, on s’en passe sans souci depuis de nombreuses années !

Et imaginez un peu ce morceau de fromage dans son petit plastique, qui trône depuis un mois à côté de la loupiote de votre réfrigérateur ! À chaque fois qu’elle s’allume et produit de la chaleur, ce sont davantage de molécules de plastique qui se déposent sur votre fromage et que vous forcez ensuite votre corps à tenter de digérer, alors qu’elles détruisent votre santé. Filez dans votre frigo, et mettez vite votre fromage dans un bocal en verre ! Et pour les plus sceptiques, cela n’est qu’un petit morceau de fromage, c’est vrai… Ce qui vous tue, en réalité, c’est ce qu’on appelle « l’effet boule de neige » de ce qui s’est accumulé dans votre corps à la fin du repas, de la journée, de la semaine, du mois, de l’année ! Sans oublier que ce sont les plus jeunes qui sont les plus sensibles aux polluants, pesticides et perturbateurs endocriniens !

Bref, un bocal pour le riz, un pour les pâtes, un pour les céréales, un autre pour les cookies… Tentez donc l’expérience, vous verrez vite que ce n’est pas si compliqué de mettre ses courses et sa cuisine au vrac !

De plus, acheter en vrac, c’est aussi prouver à tous ces supermarchés qui nous vendent n’importe quoi, qu’on souhaite voir changer les choses. Il est temps que l’offre ne provoque plus la demande, mais que la demande provoque l’offre… Et c’est à nous, consommateurs, de décider de ce qu’on demande et de ce qu’on veut dans nos placards !

Côté prix… Stop aux idées reçues concernant le bio ou le vrac ! Si on choisit bien, le vrac bio ne coûte pas beaucoup plus cher, et est tellement meilleur pour la santé ! Manger mieux, cela ne concerne pas que nous, mais aussi notre planète. Ce sont nos comportements alimentaires qui guident l’industrie agro-alimentaire. Le vrac implique la suppression des emballages, donc une économie non négligeable (car oui, on paie tous nos emballages dans le prix du produit fini !). De plus, la composition des aliments est indiquée sur chaque distributeur (fini les formulations troubles ou elliptiques !), alors qui plus est, on sait où passe vraiment notre argent !

Un article à découvrir pour toujours plus d’infos… et une petite vidéo ci-dessous qui nous a semblé plutôt explicite sur le sujet, mais il en existe beaucoup d’autres sur Youtube !

Publicités