spoon-2483768_1920On entend partout dire qu’il faut à tout prix éviter le plastique alimentaire, toxique à bien des égards, d’autant plus lorsqu’il est en contact avec une source de chaleur… Et le remplacer par de l’inox. Mais pourquoi ?

Le plastique : Les phtalates et le bisphénol A sont deux familles d’agents chimiques utilisés dans la fabrication de plusieurs plastiques.

Les perturbateurs endocriniens : Ces plastiques contenant des phtalates et/ou du bisphénol A, ont une configuration voisine de celle des hormones et peuvent interagir avec le récepteur de certaines d’entre elles, modifiant ainsi notre équilibre hormonal. On parle alors de perturbateurs endocriniens.

Chaleur et migration : Normalement, une fois le plastique « créé », ces molécules sont censé rester liées. Sauf que, sous l’action de la chaleur ou de l’acidité (celle d’un citron) par exemple, elles migrent dans les aliments que nous mangeons : c’est pourquoi si vous avez des contenants alimentaires en plastique chez vous, vous ne devez surtout JAMAIS les passer au micro-ondes, au four, au bain-marie, au lave-vaisselle, ni mettre de la nourriture chaude à l’intérieur !

Les Phtalates : Les phtalates sont, heureusement, a priori, de moins en moins utilisés car très remis en question par le monde scientifique concernant les dangers qu’ils présentent. Ce n’est pas pour autant que le plastique est plus sûr, car le successeur des phtalates serait lui-aussi un perturbateur endocrinien. (Article La Nutrition.fr)

Le BPA ou bisphénol A  et ses dangers : Mais en ce qui concerne le bisphenol A, aussi nommé BPA, c’est plus compliqué. Il est suspecté d’affecter la reproduction, le métabolisme des sucres et des graisses, de provoquer des maladies cardio-vasculaires et des cancers hormonodépendants. Qui plus est, chez l’animal, ses effets sur la reproduction, le métabolisme, sur la glande mammaire, le cerveau, les intestins et le foie sont avérés.

L’obligation de le retirer des biberons est passée il y a quelques années, car les bébés et les enfants sont hypersensibles à ces molécules toxiques, et l’Europe a suivi la France sur ce point, un an plus tard. De plus, l’ANSES a également préconisé de limiter l’exposition des femmes enceintes et des jeunes enfants à cette substance. 

Où trouve-t-on du BPA ou bisphenol A ?

Le BPA reste présent dans de nombreux outils ou objets liés à notre alimentation au quotidien comme :

  • Les canalisations en fonte, qui peuvent être protégées à l’intérieur par des résines époxy, qui contiennent du bisphénol A.
  • Les citernes des châteaux d’eau, qui sont enduites de ces mêmes résines pour améliorer la qualité de stockage de l’eau.
  • L’intérieur des boîtes de conserves métalliques, recouvert d’une résine époxy, qui est un verni souple appliqué pour garantir leur étanchéité et la sécurité microbienne des aliments.
  • L’intérieur des couvercles en métal des pots en verre (comme les petits pots pour bébé ou les conserves en verre).
  • L’intérieur des capsules de bouteilles en verre.
  • L’intérieur des canettes de boisson en aluminium.
  • L’intérieur des bouilloires dites en aluminium.

Et il n’existe pas encore d’équivalent aux résines époxy. C’est pourquoi il faut supprimer le plastique alimentaire de votre vie, et surtout de celle de vos enfants autant que possible.

Les microplastiques : L’argument santé est aussi important à ce stade que l’argument écologique, c’est-à-dire celui d’une mer de plastique qui ne cesse de croître et détruit notre environnement. En effet, on en est à un point où 80% de l’eau du robinet est contaminée par les microplastiques. Pourquoi ? Parce qu’un morceau de plastique qui finit dans l’océan se désagrège (comme un bout de verre est élimé par l’eau avec les années), et il se casse en parties de plus en plus petites jusqu’à former des microplastiques qu’on ne parvient même plus à faire disparaître en filtrant l’eau du robinet. Ces microplastiques sont aussi dangereux que les plastiques alimentaires. Faire disparaître l’un de votre vie, c’est se laisser une chance de ne pas voir plus de microplastiques dans notre eau potable qu’il n’y en a déjà.

Que faire ? 

Remplacez tous ces « objets alimentaires » en plastique du quotidien par des alternatives en inox, en bois, ou en verre : (Tout cela va vous sembler énorme comme changement, mais la plupart du temps, on possède bien plus de choses dans notre cuisine qu’on en utilise en réalité… Il est peut-être temps de mettre de côté ce que vous n’avez pas utilisé depuis 6 mois, de ne pas le remplacer, et de voir si vous pouvez finalement vous en passer !)

  • Tuperware (il en existe en verre ! Et si le couvercle est en plastique, il faut vous assurer que ce que vous mettez dedans est froid, et que ça ne touche pas le couvercle)
  • Bocaux hermétiques (Le Parfait, par exemple), ils remplacent à merveille les tuperwares.
  • Verres, assettes, tasses etc. (supprimez le plastique des produits jetables ! Si vous souhaitez une assiette qui ne se casse pas, préférez-en une en inox ! Pareil pour les verres !)
  • Couverts (les choisir tout inox, sans plastique décoratif)
  • Passoire (en inox, c’est idéal est ça passe au lave-vaisselle)
  • Machine à café / théière (les cafetières à pistons existent en inox, ou également en verre)
  • Boule à thé (en inox, c’est idéal)
  • Bouilloire (elles existent en inox, mais avec une casserole, on se passe de bouilloire)
  • Mixeur (il en existe en verre et en inox)
  • Saladier / Plats à tarte / Moules à gâteaux
  • Dessous de plats
  • Spatules de cuisine (en bois ou en inox, c’est primordial)
  • Presse-agrumes (en inox, car ce qui est acide, tout comme la chaleur, fait migrer les molécules de plastique dans la nourriture)
  • Pot à eau
  • Casseroles et poêles (évitez à tout prix le téflon pour les poêles ! Et les casseroles en inox passent au lave-vaisselle).
  • Bols
  • Hachoir / Presse-ail
  • Cuit-vapeur (il en existe en bois)
  • Etc…

Et évitez d’acheter des aliments contenus dans du plastique ! Préférez les bocaux en verre, le vrac, et les fruits et légumes frais (de préférence bio lorsque c’est possible financièrement).

Dernier conseil : lorsque votre poêle, peu importe son matériaux (sauf en Téflon !) commence à être abîmée, il faut la changer, car son matériaux se désagrège et finit inévitablement dans votre estomac. Si les fabricants garantissent l’innocuité de leurs produits à l’usage, ils ne le garantissent plus lorsque votre poêle part en morceaux.

Cet article n’ira pas plus loin, car le sujet est vaste et compliqué, et le but était d’aller à l’essentiel en matière de prévention et d’alerte.

Mais si vous souhaitez en apprendre plus sur les Phtalates, le PVC, le DEHP, le DBP, le PET (Polyéthylène de téréphtalate), le BPA (Bisphénol A), le PC (Polycarbonate), le PP (Polypropylène), le Téflon, la céramique, les PFOA etc, n’hésitez pas à aller lire l’intégralité de l’article super complet sur Le Particulier / Le Figaro.fr…

 

D’autres articles sur le même sujet :

Publicités