minimalisme« Less is more ! », comprenez « Moins, c’est plus ! ». Apprendre à se satisfaire de ce qu’on a et se rendre compte qu’on n’a pas besoin de plus, trouver le bonheur ailleurs que dans le consumérisme, c’est le début…

Cesser d’acheter ce dont on n’a en réalité pas besoin, c’est la suite. Mais les créateurs du concept vont bien plus loin : pour eux, « le minimalisme est un style de vie dans lequel vous limitez ce que vous possédez à l’absolu minimum dont vous avez besoin pour vivre. » Tout cela implique nécessairement de produire moins de déchets et rappelle par certains côtés le Zéro Déchet !

Non… Tous les minimalistes ne vivent pas dans une maison vide avec un matelas au sol ! Défaisons-nous des préjugés. Il s’agit plutôt de repenser sa façon de consommer et d’utiliser sa maison de façon plus générale… Par exemple : « J’ai 50 assiettes « au cas où », plein de modèles différents, parce que j’ai craqué sur un nouveau lot chaque année… Est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Est-ce que 12 ne suffiraient pas ? Je pourrais peut-être donner le reste à Emmaüs, j’y verrais déjà plus clair ! »

Point ESSENTIEL : devenir minimaliste implique de se séparer de certaines affaires, mais il faut surtout essayer de ne RIEN jeter, afin de demeurer Zéro Déchet ! On vend ou on donne ! Et il ne s’agit pas de réduire son choix, mais plutôt d’adopter la green attitude en achetant d’occasion plutôt que neuf et d’appliquer le principe « un objet entre, un autre sort », pour les habits, les jouets ou les bijoux, notamment !

S’opposer à la surconsommation et au consumérisme excessif pour ne plus être un pion est affaire de convictions, mais le minimalisme va plus loin car il apporte le bonheur, le vrai… On teste chaque jour cette philosophie de vie un peu plus chez nous, et c’est réel ! Nous n’avons jamais été aussi heureux ! La qualité prime alors sur la quantité.

L’exemple de la bibliothèque, culpabilité et manque de temps !

Voici un élément dont Béa Johnson parle dans son livre « Zéro Déchet » : la bibliothèque que vous avez chez vous et qui se remplit toujours plus jusqu’à déborder. Avez-vous vraiment lu tous les livres qui sont dedans ? Ou bien culpabilisez-vous à chaque fois que vous passez devant, en vous demandant quand vous aurez le temps de tous les lire ? Est-ce que voir cette montagne de livres que vous n’avez pas le temps de lire vous rend heureux ? Ou est-ce que ça vous donne simplement l’impression constante de manquer de temps dans votre vie pour faire tout ce que vous aimeriez faire?

Maintenant, faisons disparaître cette immense bibliothèque. Comment vous sentiriez-vous de ne plus les voir, ces livres non lus ? Les vrais minimalistes s’en tiendront à ça. Mais sans aller jusque-là… Et si vous vendiez, glissiez dans une boîte à lire, ou donniez à la médiathèque près de chez vous tous les livres que vous êtes sûrs de ne jamais relire, car ils ne vous ont pas plu, tous ceux que vous ne lirez jamais parce qu’on vous les a offerts il y a longtemps mais qu’ils ne vous tentent pas, ceux que vous conservez en souvenir de quelqu’un (un à deux livres souvenirs suffisent largement)… Et si vous ne gardiez que ceux qui vous tentent et ceux que vous aimeriez relire, et qu’à partir de maintenant, vous ne craquiez plus à la librairie, mais que vous vous inscriviez à la médiathèque, près de chez vous, et que vous vous autorisiez à n’acheter qu’un livre à deux maximum par an, à condition qu’ils vous fassent vraiment envie… Est-ce que votre bibliothèque personnelle ne serait pas déjà moins un fardeau ? Vous auriez alors plus de temps pour découvrir de nouveaux livres de développement personnel, par exemple !

Le Japonais Fumio Sasaki, auteur du livre « Goodbye Things »nous en dit plus sur le minimalisme et cette nouvelle ère du dépouillement accessible à tous : il existe « un bénéfice à posséder un objet, quel qu’il soit, mais aussi des bénéfices à ne pas le posséder : votre environnement est plus facile à gérer, vous disposez de davantage d’espace et vous pouvez même apprendre à mieux vous satisfaire de ce vous possédez déjà. »

L’essentiel

Le minimalisme est un style de vie qui repose sur les expériences, le partage et les relations. Les biens matériels sont seulement présents pour assurer un confort minimum pour bien fonctionner.

Comment devenir un peu plus minimaliste ?
  • Cessez d’accumuler : n’achetez plus ce dont vous n’avez pas besoin, y compris décoratif. La décoration que vous conservez ne doit avoir qu’un seul effet : vous rendre heureux !
  • Triez votre maison petit à petit : avez-vous vraiment besoin de 3 boules à thé, de ces 30 tasses à café, de 15 manteaux différents, de tous ces livres et magazines que vous ne lirez jamais ? Vendez, donner… Mais jetez le moins possible !
  • Tirez parti du numérique : la musique s’emporte avec Deezer ou Spotify, les films également avec Netflix entre autres, les photos en numérique sont écologiques, on peut numériser nos papiers et opter pour le numérique pour tous les papiers administratifs etc…
  • Résistez aux messages qui tentent à la consommation : refusez les publicités dans votre boîtes aux lettres avec un « stop pub », regardez moins la télé, ne faites plus de shopping et préférez une balade en famille !

Conséquences ? Des économies, un tri qui vous fait du bien, plus d’espace et de temps pour nous, plus de voyage, moins de stress, on devient éco-responsables

Le concept est vaste et il y aurait tellement plus à dire, mais on ne fait là qu’une simple présentation ! Alors, tenté ?

Autres articles sur le sujet :
Publicités