Un rouge à lèvres conventionnel (non bio), grand classique du maquillage, cache dans son tube : de jolies couleurs, des matières synthétiques et du plomb.

Et il faut bien l’avouer, si on doit en remettre plusieurs fois par jour, ce n’est pas parce qu’il s’efface comme par magie, mais bien parce qu’en parlant, en mangeant, on en avale un peu… Mais peu de gens déchiffrent les ingrédients de ces rouges à lèvres. En effet, 900 millions de bâtons son vendus chaque année sur tout le globe, dont 300 millions en Europe.

Composition des rouges à lèvres non bio :
  • Des cires pour la consistance solide et fondante : évitez les rouges à lèvres qui contiennent comme ingrédient l’ozokerite ou cire microcristalline, substance minérale provenant de différents hydrocarbures saturés.
  • Des huiles pour faire briller (l’huile de ricin par exemple). Le gloss contient de l’huile de paraffine, une substance provenant de la pétrochimie.
  • Des conservateurs pour éviter les microbes ; il peut s’agir des fameux parabens, soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.
  • De la vitamine C et E provenant d’huiles végétales.
  • Des graisses pour l’onctuosité (triglycérides, ester de glycérine, ester myricique, alcool gras).
  • La graisse de baleine est aujourd’hui fort heureusement interdite. En revanche, certains rouges à lèvres contiennent du squalène, de l’huile de foie de requin !
  • Des filtres solaires comme le dioxyde de titane et l’oxyde de zinc.
  • Des colorants comme l’oxyde de fer (nanoparticules) et du phosphate de manganèse.
  • Du plomb (entre 0,03 à 0,65 ppm, dans 66% des rouges standards), un métal lourd neurotoxique, susceptible de provoquer des douleurs abdominales, des migraines, de la fatigue, des vertiges etc. Attention donc aux enfants et femmes enceintes ! Si la quantité est relativement peu élevée, sur des muqueuses, le plomb est susceptible d’être en contact avec des aliments et d’être ingéré. Et les rouges à lèvres les plus chers sont souvent ceux qui en contiennent le plus. Aux USA, ces statistiques augmentent : les rouges à lèvres Maybelline et L’Oréal affichent respectivement 7,19 et 7 ppm de plomb dans leur composition.
Les rouges à lèvres bio 

Ils tiennent souvent moins bien que les standards et offrent une palette de couleurs moins large. Cependant, ils méritent amplement d’être préférés à leurs homologues synthétiques.

Les rouges à lèvres bio contiennent :

  • Des huiles naturelles comme l’huile de jojoba, pour l’hydratation
  • Des ingrédients pour nourrir les lèvres, comme le beurre de karité
  • Des huiles essentielles pour le parfum
  • De la cire d’abeilles, de la cire végétale (Candelila, carnauba, jojoba), ou synthétique (esters gras synthétiques, huiles, silicones).

« La couleur naturelle est obtenue grâce à des pigments minéraux ou d’origine naturelle. Dans tous les cas, un rouge à lèvres bio ne contiendra ni colorants artificiels, ni conservateurs artificiels, ni parabènes, ni produits d’origine animale (sauf la cire d’abeilles). De même, il n’aura fait subir aucun test sur les animaux. »

Savoir si son rouge à lèvres contient du plomb
  1. Étalez un peu de rouge à lèvres sur votre main ;
  2. Prenez une bague en or et grattez le rouge ;
  3. Si le rouge change de couleur et devient noir, alors il contient du plomb…
Rouges à lèvres et allergies

Les conservateurs qu’ils contiennent, choisis pour leurs vertus antibactériennes ( phénoxyethanol ou de parabène) peuvent causer des réactions allergiques.

Cependant, certaines marques, vendues en parfumerie et en pharmacie, proposent toutefois des rouges à lèvres contenant d’autres conservateurs, connus pour être moins allergènes. Mais même si des substances d’origine naturelles sont moins nocives, sachez qu’il persiste un risque d’allergie.

« Ainsi, la lanoline (wool alcohol ou adeps lanae), qui est un mélange complexes d’esters d’alcools gras extraite du suint du mouton (l’équivalent du sébum), est naturelle mais peut s’avérer hautement allergène. Il existe des substituts végétaux présentant les mêmes propriétés, mais avec moins de risques de réactions allergiques. »

Les meilleures marques

Ce sont Guerlain (30€), Bourgeois, Yves Rocher, Dior et PB cosmetics (1€). Ces bâtons de rouge à lèvres, bien qu’ayant un fort pouvoir couvrant, sont exempts de métaux lourds comme le plomb, même si leur tenue n’est pas très bonne.

Le prix du rouge à lèvres ne détermine en rien sa qualité. « Les marques, quelles qu’elles soient, se procurent les mêmes matières premières, chez les mêmes grossistes. Comme quoi, c’est bien le rêve qu’elles nous vendent qui coûte si cher ! »

Consulter l’article source sur Consosoglobe…

Publicités